menu

Des gens qui écrivent

Portrait de Caroline
Il y a quelques mois, le printemps fêtait la librairie indépendante. Elle était arrivée un samedi soir à la librairie et immédiatement, c'était comme si nous nous étions toujours connues. Caroline Laurent est éditrice. Ça veut dire qu'elle découvre, accompagne, embellit des auteurs et des...
Portrait de Jean-Marie
Parfois les gens qui lisent deviennent des gens qui écrivent. Nous avons choisi aujourd'hui de remettre à l'honneur Jean-Marie Marcos, dont vous avez déjà entendu le portrait sur Radio Ac's. D epuis, beaucoup de choses se sont passées en effet. Notamment la sortie de son livre Bonheur chroniqu...
Portrait croisé d'Alexandra et Camille
Elle, je l'ai rencontrée par hasard et par mails interposés. Elle, c'était sa co-auteur et sa présence évidente.Elle, fraîche et belle en mauve et en sourires. Elle, accueillante et voisine, pour des visites prochaines.Elle, la souffrance du père. Elle, sa douleur vaincue.  Elles ensemble, ...
Portrait de Sonia Bellouti
Noire, sa chevelure de jais, qu'elle dompte dans un geste à la fois gracieux et sophistiqué. Blanc, l'éclatant sourire qu'elle nous offre généreusement. Un sourire où brille aussi une espiègle sincérité. Rouges, les lèvres et la passion qui enflamme les mots qu'elle nous propose. Noire aus...
Amel Isyès
Notre première rencontre, c'était dans un de ses livres : Chemin de soi aux éditions du Jasmin. Déjà, elle me parlait de femmes, de courage, d'enfance. Déjà, pudique et généreuse, elle s'animait pour donner la parole à ses personnages avec une grande élégance et beaucoup de poésie. Dep...
Emilie de Turckeim
D'abord j'ai remarqué ses cheveux. C'est bête, mais j'étais derrière elle à cette présentation de la rentrée littéraire de Calmann-Levy, et je me suis seulement dit qu'elle avait une belle chevelure. Que quand on avait une chevelure comme celle-là, on était toujours très belle. Puis très...
Olivier Liron
Cet été, j’ai rencontré un champion. La route était longue et semée de rendez-vous ratés. Mais un soir, à Paris, en face d’un jus de tomate qu’il m’a appris à assaisonner, nous nous sommes trouvés. On a parlé, en vrac, de théâtre, de Julien Lepers, de l’école, de chorégraphi...
expand_less